Des visages contre la hausse

200 000 “ENTENDEZ-NOUS!”, titrait du quotidien québécois Le Devoir au lendemain du 22 mars 2012. En face, La Presse parlait de 100 000 personnes dans les rue de Montréal. En France, on estime “selon la police… selon les syndicats…”. A Montréal, la police ne divulgue pas ses estimations. Aux médias de se débrouiller.

 

 

Le 29 mars, le gouvernement Charest présentait son budget fédéral 2012 comportant une augmentation des droits de scolarité de 1625 dollars sur cinq ans. «La plus grosse attaque à l’accessibilité aux études faite par un gouvernement depuis plus de 20 ans», selon le président de la Fédération étudiante universitaire du Québec. En défense, la ministre de l’Éducation, Line Beauchamp, déclarait que les étudiants qui manifestent contre la hausse des droits de scolarité ne représentent que 35 % de la population étudiante.

 

Avec l’appui des parents, des professeurs et des élèves du secondaire, ils étaient donc “100 000 à 200 000″ à crier non à la hausse. Une manifestation historique au Québec. En comparaison, en février 2003, 200 000 personnes manifestaient dans les rues pour dénoncer le déclenchement de la guerre en Irak.

 

Des visages contre la hausse

 

Cette vidéo a été réalisée à partir de 81 portraits de manifestants. L’objectif: fixer l’attention du spectateur sur le regard de ces personnes. J’ai réalisé la bande son à partir du rythme des percussions accompagnant le cortège. Une prise de son captée entre les ronflements des deux hélicoptères survolant la foule :

 

 

Ci-dessous, quelques photos prises pendant la manifestation :

 

Photographies : Aurélien Chartendrault

Commenter

En haut